in

Vous aimez travailler à domicile? Cela pourrait ne pas durer

Les Canadiens sont beaucoup plus nombreux à travailler à domicile aujourd’hui qu’avant la pandémie, et il s’avère que la plupart d’entre eux apprécient ce changement dans leur situation professionnelle. Cela dit, il vaut mieux ne pas trop s’y habituer.

Plusieurs nouveaux sondages réalisés la semaine dernière révèlent le fossé qui sépare les employeurs des employés en ce qui concerne le travail à distance, et ils donnent un aperçu de ce qui se passera au cours de l’année à venir.

Un récent sondage a révélé que 80 % des Canadiens qui travaillent actuellement à domicile aimeraient continuer à travailler à distance, même après la fin de la pandémie.

De nombreux employeurs, en revanche, attendent avec impatience le retour de leurs équipes au bureau – au moins une partie du temps. Une enquête du Conference Board du Canada a révélé que 44 % des employeurs exigeront de leurs employés qui travaillent actuellement à distance qu’ils retournent sur leur lieu de travail d’une manière ou d’une autre. Pour beaucoup d’entre eux, il s’agira d’une solution hybride consistant à travailler à distance une partie du temps et à revenir sur le lieu de travail pour le reste.

De nombreuses organisations estiment qu’il est essentiel de disposer d’un lieu de travail central pour maintenir la culture de l’entreprise et favoriser la collaboration. Même après la pandémie, il semble qu’une plus grande flexibilité et des modalités de travail alternatives seront la nouvelle norme pour beaucoup d’entre elles.

L’isolement peut être l’une des principales difficultés pour les employés qui travaillent à domicile. Lorsque le personnel est séparé de son lieu de travail et des membres de son équipe, l’entreprise peut perdre son sens de la cohésion. Outre le désir de voir leurs collègues en personne, les travailleurs interrogés ont également déclaré que leur ancienne routine leur manque, y compris la temps consacré à faire la navette entre la maison et le bureau.

Afin de gérer ces équipes distantes et de maintenir la productivité et l’engagement de tous les membres, le Canadian HR Reporter parle du nombre croissant d’entreprises qui ont ajouté un nouveau poste de direction, celui de « chef du travail à distance ».

Bien entendu, tous les emplois ne peuvent pas être exercés à distance. Statistique Canada a récemment estimé que seulement 40 % des fonctions peuvent raisonnablement être exercées à domicile.

Au cours de l’année dernière, la façon dont beaucoup d’entre nous travaillent a changé, et il semble que ces changements auront un impact durable. Si les conditions au début de 2021 sont encore loin de la norme pré-pandémie, tout indique que l’avenir sera plus souple. Les employés et les employeurs ont pris conscience de ce qu’il est possible de faire à distance et ont fait l’expérience des avantages et des défis du travail à domicile.

Ainsi, pour beaucoup, un retour au bureau peut être imminent, mais il ne s’agira probablement pas d’un retour à temps plein, de neuf à cinq, de la façon dont nous travaillions auparavant. Ce mélange de travail en personne et de travail à distance peut offrir aux employeurs et à leur personnel le meilleur des deux mondes. Il offre une plus grande flexibilité et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée sans pour autant perdre la collaboration du personnel et la culture d’entreprise.

Et vous? Vous aimez travailler à domicile ou vous avez hâte de retourner au bureau? Participez à la conversation sur notre page Facebook.

Quand faire un suivi après un entretien d’embauche?

Ce qu’il ne faut pas dire lors d’un entretien d’embauche