in ,

Quand faire un suivi après un entretien d’embauche?

Combien de fois devriez-vous faire un suivi auprès de l’employeur si vous n’avez pas eu de nouvelles de sa part, quand devriez-vous le faire et comment pouvez-vous le contacter? Ces questions m’ont été posées le weekend dernier par un voisin dont le fils attendait toujours des nouvelles après une dizaine de jours.

La réponse est: deux foix. Vous pouvez faire un suivi à deux reprises. La première est essentielle et la seconde est facultative.

Le suivi initial

Le premier suivi devrait être la note de remerciement que vous envoyez – probablement par courrier électronique – immédiatement après votre entretien d’embauche. Vous devez remercier l’employeur d’avoir pris le temps de vous rencontrer, réitérer votre enthousiasme pour le poste et réaffirmer votre principal argument de vente pour décrocher l’emploi.

Le deuxième suivi

Le deuxième suivi est plus délicat. Celui-ci dépendra du processus d’embauche. À la fin de votre entretien d’embauche, vous devez vous renseigner sur les étapes suivantes, ce qui devrait vous donner une idée du calendrier à respecter.

Si l’entreprise indique qu’elle fait passer des entretiens à un plus grand nombre de personnes ou qu’elle examine encore les candidatures, il est probable qu’il vous faudra plus de temps pour obtenir une réponse. De nombreux emplois sont assortis d’une date d’expiration pour les candidatures – faire un suivi avant cette échéance ne serait donc pas très productif.

Si vous n’avez toujours pas eu de nouvelles de l’employeur dans le délai qu’il vous a indiqué pour prendre une décision – ou dans ce qui semble être un délai raisonnable après l’entretien, il est normal de faire un deuxième suivi. Ce délai est généralement compris entre une semaine et dix jours après la date de clôture de l’emploi.

Vous pouvez alors lui envoyer un courrier électronique. N’appelez pas. Personne n’apprécie être mis sur la sellette par un appel téléphonique non sollicité d’un candidat un peu impatient. Faire pression sur l’employeur ou le mettre mal à l’aise peut en fait nuire à vos chances. Envoyez plutôt un courriel poli.

Renseignez-vous sur le déroulement de la procédure d’embauche. Mentionnez vos qualifications ou vos réalisations que vous avez peut-être oublié de mentionner lors de l’entretien. Référez-vous spécifiquement à l’entretien d’embauche et démontrez que vous êtes attentif et que vous avez une bonne mémoire des conversations et des détails.

Les employeurs préfèrent embaucher des candidats qui sont enthousiastes pour le poste. Vos communications de suivi sont une excellente occasion pour vous de montrer que vous êtes enthousiaste à l’idée de travailler pour eux. Toutefois, la ligne est mince. Vous ne voulez pas donner l’impression que vous êtes désespéré ou que vous êtes une nuisance.

Trop de courriels – ou pire, des appels téléphoniques – ou pire encore, le fait de se présenter au bureau – pourrait convaincre l’employeur de ne pas vous embaucher. Ne soyez pas un harceleur.

Restez professionnel. Les employeurs sont souvent lents à répondre et, trop souvent, ils ne répondent pas du tout aux candidats. Cela peut paraître impoli, mais il ne faut pas le prendre personnellement.

Un deuxième suivi n’a qu’une faible chance d’augmenter vos chances d’être embauché. Cependant, si vous le faites de manière brève et amicale, cela ne devrait pas les blesser non plus. Cette deuxième communication peut vous permettre d’obtenir plus rapidement des informations sur votre candidature et vous éviter d’être ignoré par l’employeur.

La raison pour laquelle vous n’aurez pas d’augmentation en 2021 (merci, COVID-19)

Vous aimez travailler à domicile? Cela pourrait ne pas durer