in

Moins, c’est plus : Pourquoi vous pourriez vouloir limiter la taille de votre réseau professionnel

Il peut sembler contre-intuitif de suggérer que vous pourriez bénéficier d’un nombre réduit de contacts professionnels et d’un réseau plus restreint, mais c’est vrai.

Pendant des années, la sagesse dominante a été de réseauter aussi souvent que possible pour trouver des opportunités nouvelles (et souvent non annoncées.) Plus vous avez de contacts, plus vous avez accès à ces possibilités d’emploi cachées.

Il y a bien sûr une part de vérité dans tout cela. Plusieurs occasions d’emploi m’ont été présentées par mon réseau au fil des ans.

Mais il y a aussi des pièges, et c’est pourquoi vous pourriez vouloir porter un regard critique sur vos relations professionnelles. Souvent, nous acceptons les demandes de connexion en ligne d’anciens collègues sans discriminer, en particulier sur LinkedIn. Encore une fois, plus votre réseau est vaste, plus vous avez l’air connecté, plus vous pouvez être impressionnant aux yeux de futurs employeurs potentiels.

Mais prenez un moment pour réfléchir à votre relation avec chacun de ces collègues, gestionnaires et contacts. Avez-vous eu une expérience professionnelle positive avec ces personnes ? Ou y a-t-il eu des conflits – même mineurs -, des problèmes de communication ou des conflits de personnalité ?

Vous pourriez penser que les incidents mineurs n’ont pas beaucoup d’importance entre les personnes de votre réseau, puisque vous ne les utiliserez pas comme référence réelle de toute façon. Cependant, il se peut que agissent comme référence sans que vous le sachiez.

Voici ce qui m’a fait penser à cela. Les employeurs sont très prudents dans leur processus de sélection pendant la crise actuelle de COVID-19. Ayant moins d’occasions de rencontrer les candidats et d’évaluer leur caractère en face à face, ils mènent des recherches plus approfondies sur les antécédents pendant la phase de présélection.

À deux reprises depuis le début de la pandémie, j’ai été contacté par des recruteurs que je connais personnellement et qui m’ont demandé mon avis sur les candidats qu’ils envisageaient de recruter. Ces candidats ne m’avaient pas utilisé comme référence. Les recruteurs ont simplement vu que j’étais un lien mutuel sur LinkedIn, et comme ils me connaissaient – et que j’avais travaillé avec leur candidat potentiel – ils ont communiqué avec moi.

J’étais heureux de pouvoir parler de l’un d’entre eux en termes élogieux, mais je ne savais pas quoi dire de l’autre. J’avais été témoin de l’échec de ses nombreux projets, j’avais servi de confidant à son personnel désemparé – et intimidé – à maintes reprises, et bien que notre relation de travail ait toujours été professionnelle, elle est devenue de moins en moins amicale au fil du temps.

Je n’utiliserais jamais cette ancienne collègue comme référence professionnelle, et bien sûr, elle ne m’utiliserait jamais. Mais j’étais au téléphone avec un recruteur à qui l’on demandait d’évaluer ses capacités et ses qualités relationnelles. J’ai essayé d’être aussi positif que possible, mais le recruteur a pu constater que j’avais des réserves.

Les recruteurs n’appellent pas seulement les références que vous leur remettez. Ils vérifient vos médias sociaux, vous recherchent sur Google et parlent avec tous leurs contacts qui ont pu travailler avec vous dans le passé.

Alors, ne leur facilitez pas la tâche. Si vous avez des anciens patrons, collègues ou relations qui n’auraient pas minimalement une impression neutre de vous, vous pouvez envisager de les retirer de votre profil.

Il serait préférable d’avoir un peu moins de connexions et un réseau plus restreint que de laisser une traînée de miettes de pain que les recruteurs suivront pour retrouver un ancien collègue qui pourrait – pour quelque raison que ce soit – avoir une impression négative de votre travail.

Moins, c’est plus : Pourquoi vous pourriez vouloir limiter la taille de votre réseau professionnel

2-bedroom apartment in Canada

Combien devez-vous gagner pour louer un appartement de deux chambres en 2021?