in ,

La raison pour laquelle vous n’aurez pas d’augmentation en 2021 (merci, COVID-19)

Alors que les employeurs canadiens planifient l’année à venir, près de la moitié (43 %) des organisations ont modifié leur politique liée aux augmentations salariales en raison de la pandémie de COVID-19.

Il s’agit de la conclusion de l’enquête sur la planification des salaires pour 2020/2021 au Canada, réalisée par le cabinet conseil international Gallagher. L’enquête a recueilli des données auprès de chefs d’entreprise et de professionnels des ressources humaines et de la finance de 226 sociétés.

Alors que près des deux tiers (62 %) des employeurs canadiens ont augmenté la rémunération de leurs employés avant que la pandémie ne frappe, les choses ont changé depuis. L’enquête a révélé que les employés de 45 % des entreprises peuvent s’attendre à recevoir une augmentation moins importante que celle prévue initialement pour l’année prochaine, tandis que 35 % verront leur salaire gelé et 6 % verront en fait leur salaire diminuer.

L’embauche et la fidélisation des talents ne sont pas les priorités de la plupart des entreprises à l’heure actuelle, car les chefs d’entreprise ont du mal à garder les lumières allumées.

Melanie Jeannotte, PDG de la division Avantages sociaux et conseil en ressources humaines de Gallagher au Canada, explique : « L’impact de la COVID-19 sur les coûts et les revenus sera imprévisible au cours de l’année à venir, ce qui poussera de nombreux employeurs à reconsidérer les augmentations de salaire dans le but de préserver les emplois en 2021 », dit-elle. « Les priorités des employeurs ont changé en raison de la pandémie, et les dirigeants ont déplacé leur attention de l’acquisition et de la rétention des talents vers la stabilité financière et la continuité des activités ».

Le contexte commercial sans précédent et imprévisible auquel la plupart des entreprises sont confrontées en ce moment signifie que l’augmentation des profits et de la part de marché est peu probable pour de nombreuses organisations. En conséquence directe, peu d’employés sont susceptibles de voir leur salaire augmenter de manière significative d’ici 2021.

Le « statu quo » a perdu tout son sens en 2020. La nécessité de coexister avec la COVID-19 exige un niveau d’adaptabilité sans précédent, mais les employés recherchent avant tout la stabilité », résume Jeannotte. « Les employeurs capables de trouver le bon équilibre entre la réduction des coûts et l’investissement dans la santé financière, physique et mentale de leurs employés seront mieux placés pour retenir leur personnel et rivaliser pour attirer de nouveaux talents lorsque le marché du travail reprendra des forces ».

Vous pouvez en savoir plus sur l’enquête Gallagher et sur les plans de rémunération des employeurs canadiens en cliquant ici.

what to do if you bomb a job interview

Comment rattraper un entretien d’embauche raté

Quand faire un suivi après un entretien d’embauche?