Vous n’avez pas été embauché? Ce n’est peut-être pas votre faute

Si vous n’avez pas été embauché pour un emploi qui semblait vous aller comme un gant, il se peut fort bien que ce ne soit pas votre faute. Parfois, d’autres facteurs entrent en jeu qui ont peu ou rien à voir avec vous.

Voici quelques facteurs hors de votre contrôle qui pourraient avoir pesé dans la balance.

L’employeur a embauché quelqu’un à l’interne. Les entreprises affichent souvent des emplois à l’externe en raison d’une politique RH qui les oblige à le faire, et ce, même si elles ont déjà une personne à l’esprit pour remplir le rôle. Vous, le candidat externe, n’êtes donc jamais vraiment pris en compte pour le rôle, même si vous êtes convoqué en entrevue.

L’employeur n’avait pas vraiment l’intention d’embaucher pour ce rôle. Parfois, les entreprises pensent qu’elles vont embaucher quelqu’un, alors elles affichent une offre d’emploi – et elles rencontrent même des candidats – mais les paramètres ne sont jamais vraiment définis, ou le projet sur lequel la nouvelle embauche était censée travaillé est mis de côté, ce qui fait que l’employeur n’embauchera personne au bout du compte.

Il se peut aussi qu’un recruteur ait affiché une description de poste pour laquelle il n’a même pas d’occasion d’emploi. Le recruteur espère seulement créer un bassin de candidatures pour des postes qu’il pourrait être appelé à pourvoir dans l’avenir.

Coupures/réorganisation/mises à pied. La personne qui a affiché l’emploi a peut-être subi des coupures budgétaires, ou encore elle ne travaille plus pour l’entreprise. Peut-être même que toute l’équipe a quitté. Ces choses peuvent se produire en un clin d’œil et, souvent, personne ne les voit venir. Un instant, ils élargissent leur équipe et interviewent des candidats, et l’instant d’après tout le monde fait ses boîtes.

Vous êtes surqualifié. Être surqualifié peut vous nuire. Certains gestionnaires d’embauche ne voudront pas vous embaucher parce qu’ils auront peur que vous vous ennuyiez, que vous partiez à la première occasion pour un meilleur emploi, ou pire encore, que vous tentiez de leur voler leur poste. Admettez que vous comprenez leur raisonnement. Il y a fort à parier que vous quitteriez pour une meilleure occasion dès que celle-ci se présenterait.

Vous êtes au chômage. Des études montrent que les employeurs ont un parti pris contre les chômeurs parce qu’ils ne veulent pas embaucher quelqu’un dont personne d’autre ne veut. C’est un argument ridicule, car vous pourriez être au chômage pour bon nombre de raisons qui n’ont rien à voir avec votre employabilité réelle. Vous pouvez éviter ce problème en expliquant les trous dans votre CV. Évitez d’avoir l’air inactif.

 Vous êtes trop vieux. Des études montrent également qu’à mesure que nous vieillissons, nos chances d’être embauché diminuent considérablement par rapport aux chances des candidats plus jeunes. Malheureusement, l’âgisme est difficile à combattre car il est difficile à prouver.

Vous ne cadrez pas avec la culture de l’entreprise. Les employeurs ont mis beaucoup l’accent sur la fameuse « compatibilité culturelle » au cours des dernières années. Dans une étude réalisée en 2014, 43 % des employeurs ont déclaré que la compatibilité était le facteur le plus important lorsqu’ils interviewent des candidats.  Certaines entreprises vous demanderont même quels sont vos formations musicales ou émissions de télé favorites. Alors, porter un complet pour une entrevue dans un bureau où tout le monde est en jeans pourrait être un mauvais signe aux yeux de l’employeur.

Pour éviter de tomber dans ce panneau, faites des recherches préalables sur la culture de l’entreprise et tentez de voir si vous êtes compatible.

L’employeur ne sait pas ce qu’il fait. Soit, l’employeur ne vous a pas choisi. Cela ne signifie pas que vous n’êtes pas la personne qui aurait fait le meilleur travail. Parfois, les employeurs prennent de mauvaises décisions et ils embauchent les mauvais candidats. La notion de « compatibilité culturelle », par exemple, a ses critiques (j’en suis) qui croient fermement que la diversité – et non l’homogénéité – aide les entreprises à prospérer.

Au final, faites de votre mieux et évitez de vous en faire pour ce que vous ne pouvez pas changer.

Rédigez un CV et une lettre de motivation impeccables, préparez-vous pour l’entrevue, faites des recherches sur l’entreprise et le rôle et montrez-vous sous votre meilleur jour.

C’est tout ce que vous pouvez faire.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *