Opter pour un métier spécialisé plutôt que d’aller à l’université – pourquoi pas?

Les métiers spécialisés ont beaucoup de difficulté à recruter de nouveaux travailleurs, ce qui fait grimper les salaires pour ces emplois. Par ailleurs, les gens continuent de s’inscrire à l’université en grand nombre pour obtenir des diplômes qui pourraient graduellement perdre de la valeur sur le marché du travail. Donc, si vous voulez un bon emploi, il pourrait être judicieux d’éviter les 4-5 années (ou plus) d’études postsecondaires et de vous tourner vers un métier spécialisé.

C’est du moins ce que suggère un récent article de la NPR : « Alors qu’une pénurie de travailleurs fait grimper les salaires dans les métiers spécialisés, la valeur d’un baccalauréat diminue, et ce, même si les frais de scolarité – et les dettes d’études – ne cessent d’augmenter. »

C’est aussi quelque chose que je dis, et que bien d’autres disent, depuis un bon moment. Beaucoup d’entre nous nous sommes fait dire toute notre vie que l’université est littéralement la seule voie vers la réussite et le bonheur. De toute évidence, cela n’est pas vrai et ne l’a jamais été. Mais est-ce encore moins vrai maintenant qu’alors?

Difficile à dire. Des études publiées de temps à autre montrent que les diplômés universitaires gagnent des salaires plus élevés que ceux qui n’en ont pas. Mais ces études ont tendance à couvrir de longues périodes et elles ne prennent pas nécessairement en compte les dernières tendances dans le monde du travail, notamment l’auto-éducation et les cours en ligne ouverts à tous (MOOC). Je me demande si les études qui seront menées d’ici 10 à 20 ans donneront les mêmes résultats.

Plus tôt cette année, le Globe and Mail a signalé qu’au Canada, la pénurie de travailleurs qualifiés dans le secteur industriel atteint de nouveaux sommets et que de nombreux propriétaires d’usine disent que le manque de travailleurs entrave la croissance de leurs entreprises. Une autre étude révèle que les métiers spécialisés traversent la pire pénurie de compétences au Canada.

Pourquoi? Soyons honnêtes; les métiers spécialisés ont mauvaise réputation et sont souvent considérés comme des emplois pour ceux qui échouent leurs études postsecondaires. Une étude réalisée par le Forum canadien sur l’apprentissage et Compétences Canada révèle que 71 % des étudiants interrogés disent que leurs conseillers en orientation scolaire ne les encourageaient pas à se diriger vers les métiers spécialisés.

Voilà une statistique qui étonne! Ces métiers sont dits « spécialisés » pour une bonne raison.

Et selon Statistique Canada, le salaire national moyen est de 40 000 $ par année, alors que le salaire moyen d’un ouvrier spécialisé est de 60 000 $. Autrement dit, votre plombier s’en met plein les poches (sérieusement, à quand remonte la dernière fois que vous en avez embauché un? Ils coûtent une fortune!) tandis que de plus en plus de bacheliers ès arts sont incapables de se trouver du travail.

Peut-être que la solution consiste à encourager plus de gens à se diriger vers les métiers spécialisés.

Vous recherchez des exemples d’emplois bien rémunérés ne nécessitant pas de diplôme postsecondaire? Selon Trade-Schools.net , les emplois ci-dessous sont les métiers spécialisés les mieux rémunérés au Canada.

Beaucoup de ces emplois peuvent être obtenus après seulement deux à quatre ans d’études postsecondaires. Il y a aussi souvent l’avantage supplémentaire d’être rémunéré tout en apprenant.

« Pour de nombreux emplois dans les métiers spécialisés, vous commencez habituellement par suivre un programme de base qui peut prendre seulement quelques semaines. Une fois que vous réussissez ce programme, vous pouvez commencer à travailler comme apprenti dans le domaine. Vous êtes essentiellement payé pour apprendre votre travail et vous pouvez retourner à l’école quelques semaines par année jusqu’à ce que vous ayez atteint le niveau de compagnon d’apprentissage. »

Cela dit, les exigences varient d’un emploi à l’autre. Nous avons omis le premier emploi de leur liste, « directeur de la construction », car il nécessite probablement un baccalauréat en plus d’une formation spécialisée.

Les salaires sont basés sur les données de 2014-2015 et les débouchés prévus sont pour la période de 2015 à 2024.

Voici les 10 emplois les mieux payés au Canada qui n’exigent pas de baccalauréat:

  1. Technicien en forage pétrolier et gazier

Rémunération horaire médiane – 35 $
Rémunération horaire maximale – 55 $ et +
Perspectives d’emploi – 5 500

  1. Technicien de ligne électrique

Rémunération horaire médiane – 34,65 $
Rémunération horaire maximale – 44 $ et +
Perspectives d’emploi – 8 400 (y compris les techniciens de ligne de télécommunications)

  1. Tuyauteur

Rémunération horaire médiane – 34 $
Rémunération horaire maximale – 45,69 $ et +
Perspectives d’emploi – 9 800

  1. Électricien industriel

Rémunération horaire médiane – 33 $
Rémunération horaire maximale – 45 $ et +
Perspectives d’emploi – 12 500

  1. Mécanicien en CVC

Rémunération horaire médiane – 29,76 $
Rémunération horaire maximale – 43 $ et +
Perspectives d’emploi – 14 700

  1. Technicien en génie civil

Rémunération horaire médiane – 29 $
Rémunération horaire maximale – 47,12 $ et +
Perspectives d’emploi – 10 600

  1. Électricien résidentiel ou commercial

Rémunération horaire médiane – 29 $
Rémunération horaire maximale – 43 $ et +
Perspectives d’emploi – 39 200

  1. Mécanicien de poids lourds

Rémunération horaire médiane – 28 $
Rémunération horaire maximale – 42 $ et +
Perspectives d’emploi – 31 400 (y compris les mécaniciens d’autos)

  1. Plombier

Rémunération horaire médiane – 28 $
Rémunération horaire maximale – 39 $ et +
Perspectives d’emploi – 13 900

  1. Charpentier

Rémunération horaire médiane – 25 $
Rémunération horaire maximale – 36 $ et +
Perspectives d’emploi – 39 900

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *