Les diplômes universitaires les plus (et les moins) payants au Canada

Les spécialistes de Statistique Canada viennent de publier les derniers chiffres concernant le salaire moyen des diplômés de diverses disciplines et de divers programmes d’études. Notez qu’en raison du temps nécessaire à la collecte et à l’analyse des informations, ce rapport sur les salaires précède la pandémie de COVID-19.

Avec une nouvelle cohorte d’étudiants postsecondaires cet automne, et un groupe croissant de personnes prolongeant leurs études en attendant que l’économie et le marché du travail se remettent en marche, il peut être utile de comprendre comment les diplômés de disciplines universitaires spécifiques se débrouillaient sur le marché du travail avant la pandémie.

Le rapport révèle un certain nombre de conclusions intéressantes. Par exemple, les plus hauts revenus parmi les diplômés du 1er cycle provenaient de diverses spécialités d’ingénierie. Six des dix premières disciplines chez les hommes (et sept des dix premières disciplines chez les femmes) étaient en ingénierie.

Les baccalauréats les mieux payés

Les diplômés en génie minier et minéral se sont classés au premier rang des hommes avec 111 533 $ de revenus médians cinq ans après l’obtention du diplôme, et au deuxième rang des femmes avec 89 680 $.

Les diplômés en génie chimique ont également été très bien rémunérés, se plaçant au 5e rang des diplômés masculins (89 637 $) et au 3e rang des diplômées (82 193 $).

Plusieurs baccalauréats non liés au génie ont également mené à des emplois très bien rémunérés.

Par exemple, les diplômés en pharmacie, sciences pharmaceutiques et administration ont enregistré le deuxième revenu médian le plus élevé chez les hommes avec 106 055 $, et le revenu médian le plus élevé chez les femmes avec 94 177 $.

Les diplômes les moins bien rémunérés

Pour les hommes comme pour les femmes, huit des dix disciplines les moins bien rémunérées se trouvent dans les arts et les sciences humaines. Le domaine le moins bien rémunéré parmi les diplômés masculins était le théâtre et les arts de la scène (35 935 dollars), tandis que le domaine le moins bien rémunéré parmi les diplômées était l’enseignement bilingue, multilingue et multiculturel (19 892 dollars). Les diplômés en musique sont les troisièmes moins bien payés chez les hommes (38 462 dollars) et les deuxièmes moins bien payés chez les femmes (22 174 dollars).

Maîtrises

Au niveau de la maîtrise, la plupart des diplômés les mieux rémunérés sont issus de programmes d’études commerciales. Les hommes ayant obtenu une maîtrise en finance et services de gestion financière (110 518 $), en administration, gestion et opérations commerciales (108 382 $) et en comptabilité et services connexes (102 718 $) ont enregistré les trois revenus médians les plus élevés cinq ans après l’obtention de leur diplôme.

Les diplômés masculins en sciences de la gestion et en méthodes quantitatives se sont également retrouvés dans les dix premiers.

Les femmes diplômées en fiscalité ont surpassé toutes les autres diplômées, avec un revenu médian de 96 416 $. Elles sont suivies de près par les diplômées en finance et en services de gestion financière, dont les revenus médians s’élèvent à 92 956 dollars. Les femmes qui se sont spécialisées dans la comptabilité et les services connexes ou dans l’administration, la gestion et les opérations commerciales se sont également retrouvées dans le top 5.

Doctorats

Les titulaires de doctorats les mieux rémunérés ont suivi divers programmes dans des domaines tels que le commerce, la santé, l’ingénierie, les sciences sociales et l’éducation.

En résumé : Étudiez ce que vous aimez. Apprenez à connaître les aspects de la vie qui vous motivent et vous inspirent, et poursuivez vos plus grandes passions. Le véritable succès consiste à faire ce que vous aimez, à accomplir un travail auquel vous croyez.

Cependant, si vous considérez votre éducation comme un investissement en temps et en ressources que vous espérez rentabiliser sur le marché du travail, vous obtiendrez le meilleur retour sur investissement dans les domaines de l’ingénierie, du commerce et de la finance, et des études liées à l’industrie pharmaceutique.

Vous pouvez lire le rapport complet de Statistique Canada.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *