Des Canadiennes ont perdu des milliers de dollars à cause d’une escroquerie

Les arnaques liées à l’emploi continuent de circuler et coûtent des milliers de dollars aux Canadiens. Faites preuve de prudence, je vous en prie.

CBC/Radio-Canada rapporte qu’une femme de 23 ans a récemment été victime d’une fraude de 3 820 $ lorsqu’elle est tombée dans le piège d’un arnaqueur.

L’ARNAQUEUR LUI A ENVOYÉ UN CHÈQUE
Angelik Mangone-Trepanier croyait qu’elle avait été embauchée comme agente d’évaluation pour une entreprise prétendant être Micaura Consulting. Elle a postulé en ligne au début du mois de mars et s’est vu offrir le poste presque immédiatement, selon la CBC. Elle a reçu par la poste une “trousse d’emploi” ainsi qu’un chèque de 3 820 $. On lui a dit d’encaisser le chèque à sa banque et d’utiliser une partie des fonds pour acheter un produit et évaluer le service dans un Walmart, et de déposer 3 400 $ dans un compte précisé par l'”employeur” dans une autre banque pour évaluer le service dans cette banque. Elle a reçu 320 $ en guise de rémunération.

La plupart d’entre vous avez probablement deviné la suite: le chèque a été refusé et la pauvre Angelik doit maintenant 3 820 $ à sa banque. Et bien sûr, l’homme se faisant passer pour Micaura Consulting a disparu.

“Je me suis sentie détruite, honnêtement. Je me sentais très malade et déprimée parce qu’il semble presque impossible pour quelqu’un de ma génération de rattraper son retard en matière d’endettement”, a-t-elle dit à la CBC.

PLUS D’UNE VICTIME
Lorsque Angelik Mangone-Trepanier a parlé de son expérience en ligne, elle a découvert une autre femme de 23 ans qui était tombée dans le même piège, Aparna Sridhar. Sripar, une étudiante indienne vivant à Halifax et fréquentant l’université Dalhousie, s’est fait arnaquer pour un montant d’environ 6 000 $ par quelqu’un qu’elle croit être la même personne.

Sridhar aurait déposé une plainte auprès de la police d’Halifax, et Mangone-Trepanier a communiqué avec le Centre antifraude du Canada, mais il est probable qu’elles ne récupéreront pas leur argent, affirme la CBC, qui a parlé avec la police d’Ottawa.

Apparemment, la police d’Ottawa reçoit deux ou trois rapports d’escroquerie chaque semaine, mais il est presque impossible d’attraper les méchants, qui opèrent de façon anonyme sur le Web et pourraient être n’importe où dans le monde.

NE JUGEZ PAS LES VICTIMES TROP RAPIDEMENT
La plupart d’entre nous pensent que nous ne tomberions jamais dans le panneau et j’ai vu beaucoup de gens aller jusqu’à blâmer les victimes pour leur naïveté. Mais pensez-y: vous êtes jeune et/ou inexpérimenté, et vous avez vraiment besoin de quelques centaines de dollars. Il peut être facile de se faire prendre. Et personne ne mérite de perdre des milliers de dollars de cette manière.

Il est donc important d’apprendre à reconnaître les signes d’une telle arnaque. Je les énumère à la fin de cet article.

LES ENTREPRISES DOIVENT ÉGALEMENT SE MÉFIER
Pendant ce temps, il y a aussi une mise en garde à l’intention des entreprises.

En fait, il existe bel et bienune société appelée Micaura Consulting, ou du moins il y en avait une dans le passé. Elle appartenait à Laura Vero-Augustine, qui l’a exploitée à Calgary et qui l’a fermée en 2018. Mais, écrit-elle sur Linkedin, elle a abandonné le site web et les médias sociaux de l’entreprise, sans les fermer. Cela a été une excellente occasion pour les arnaqueurs de les utiliser comme façade, car une entreprise déjà présente sur les médias sociaux, y compris LinkedIn, jouit d’une certaine crédibilité.

Voici ce qu’Augustine a écrit :

J’ai communiqué avec le Centre canadien de la fraude, le service de police de Calgary et le Centre de gestion des fraudes de la Banque CIBC pour essayer d’empêcher que cela n’affecte qui que ce soit d’autre. J’ai commenté sur mes médias sociaux et je réponds personnellement à tous les courriels. Jusqu’à présent, j’ai réussi à intervenir et à empêcher une douzaine de victimes d’encaisser des chèques de ces arnaqueurs.

Lorsque vous fermez boutique, fermez TOUTE votre boutique, ou quelqu’un pourrait profiter de ce que vous avez laissé derrière vous et l’utiliser à des fins malfaisantes.

VOICI 14 SIGNES QU’UN EMPLOI POURRAIT ÊTRE UNE ARNAQUE:
On vous offre l’emploi immédiatement, sans remplir de demande d’emploi ni passer d’entrevue.
On vous demande de l’argent.
On vous demande votre numéro de carte de crédit.
On vous demande de payer pour votre propre vérification d’antécédents.
On vous demande d’encaisser un chèque.
L’emploi semble trop beau pour être vrai.
Le salaire est ridiculement élevé.
On vous demande de recevoir et d’envoyer de l’argent à quelqu’un – ou de le déposer dans un compte.
L’adresse courriel avec laquelle vous correspondez est une adresse personnelle ou une adresse Gmail/Hotmail/Yahoo, plutôt qu’une adresse d’entreprise (bien que cela ne soit pas toujours un signe que quelque chose cloche).
La description d’emploi est vague
Les communications écrites ne sont pas professionnelles
Le site Web de l’entreprise ne contient pas beaucoup de contenu ou d’informations
Toutes les photos des employés sur le site Web de l’entreprise sont évidemment des photos commerciales ou des photos d’archives.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *